vendredi 18 août 2017

Jolie Joulia.



Le Strict Maximum ne sait pas s'il doit ou non vous présenter Elisabeth Joulia tant elle est connue et reconnue des amateurs de la Borne... Mais si jamais parmi vous se cache une personne qui ne la connait pas, faisons en sorte -vite fait bien fait- que ce ne soit plus le cas.


Née en 1925, Elisabeth Joulia entre aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand à la fin de la guerre. Ses années de formation la conduisent à Paris où elle étudie la peinture, la sculpture et la fresque.



C'est au contact de Jean Lerat alors professeur aux Beaux-Arts de Bourges qu'elle s'initie à la céramique.
En 1949, Joulia débarque à La Borne, berceau ancestral de la poterie traditionnelle en grès, dont elle va activement participer au renouveau.



Durant trente ans, la céramiste transforme le grès, matière austère et brute qui semblait irrémédiablement confinée aux traditions populaires en formes organiques et sensuelles.



Si nous nous décidons ce soir au SM d'aborder le sujet Joulia c'est que nous sommes retombés sur une superbe série de photos réalisées par le couple Joly/Cardot en 1958 dans l'atelier de la céramiste.




Simplicité, rigueur, beauté, talent, un cocktail parfait qu'on vous laisse savourer.  




Joulia -qui écrivait beaucoup au quotidien et dont certains poèmes ont été publiés- nous dressait la liste des ses "j'aime/j'aime pas". Ce qui nous laisse apercevoir la femme derrière la cruche.

"J'aime le citron, l'océan, les chênes, le jour en plein midi, les hêtres, les bouleaux, le pommier du Japon, le soleil, les lucioles, l'or l'argent, les asphodèles, les roses trémières, les pavots au milieu du potager, les potirons qui envahissent les allées, les cerises sauvages, les fraises des bois, les chats, les framboises, les cailloux, les chameaux, le désert, les ânes, les lacs. Voler en avion, le brouillard, les chats noirs, les chats roux, les fennecs et les caméléons, les amis quand ils ne sont pas en groupe.
Elohim (l'homme d'en haut), l'humour, les histoires et les paraboles, les nouvelles pour leur concision. L'or jaune, l'or blanc, les tâches de rousseurs, les enfants qui disent "non" aux adultes, la tendresse, l'amitié, les pins maritimes, la musique classique, les chants sardes, corses ou siciliens. Les pépins de pommes, le parfum du mimosa, du thym, les aigles et les papillons, soigner, masser, l'odeur de la peau au soleil et les cailloux, les cailloux encore les cailloux"

Allez, un petit café et je passe aux "j'aime pas"


"Je n'aime pas le vert, les réunions à plus de cinq, le rock et les drogues. Le plastique, les chiens qui aboient, les gens qui sifflent, qui rotent, ceux qui tiennent les animaux en laisse, les femmes parfumées et les hommes qui aussi sentent la guimauve.
Les chaussures à talons, les ongles rouges, le patchouli, les sapins, les thuyas, les autos, les motos, le bruit.
Je n'aime pas nager, l'eau froide, le froid, l'humidité (ndlr rappelons qu'elle vit à La Borne) la télé, les parents avec leurs enfants, les touristes, les gens gras, les hommes à bedaine en short l'été et même sans short, les petits adultes, les couleurs fluo, les femmes à gros cul dans les shorts, les menteurs, les radins les timbres poste avec Marianne, les uniformes, Adam (l'homme d'en bas) des mots comme "super" "expo" les diminutifs, les violents et les mous, les modes, les couleurs gueulardes en céramiques"

Pas commode vous avez dit?

samedi 5 août 2017

Posez vos valises aux... Arcs 1600.



Aujourd'hui nous vous retrouvons pour un posez vos valises un peu spécial.
Un peu spécial car il ne s'agira pas de vous expédier quelque part pour la vie mais juste pour une, deux ou pourquoi pas trois semaines. C'est aux Arcs 1600 que ça se passe.

Bien entendu vous faites confiance au Strict Maximum, vous savez que vous n'atterrirez pas dans un de ces appartements saccagés au goût du jour ou dans un pur esprit savoyard.

Si nous allons pouvoir vous aider à passer de belles journées à la montagne dans un cadre idyllique, dedans comme dehors, c'est grâce à Sachiko Altaba de Dento Sozo.





Tout comme nous, vous connaissez sans doute ces intérieurs pensés et meublés par Charlotte Perriand grâce aux différents ouvrages qui lui sont consacrés ou tout simplement google image, mais y'a pas à dire, en vrai c'est pas pareil. C'est mieux.





Sachiko vous propose donc de profiter de son superbe appartement avec ses chaises et tabourets paillés Méribel en bois noirci, toute une clique d'appliques à volets CP1, une table à vérin en tôle blanche émaillée, de placards à façades ventilées, d'autres équipés des fameux tiroirs en ABS, le tout Charlotte Perriand.



Nul doute que vous aurez un coup de foudre pour la salle de bain et que vous serez tentés de repartir avec les deux sublimes et ingénieuses armoires de toilettes, l'une rouge et l'autre noire. Mais vous ne le ferez pas.





Pour ce qui est de l'extérieur ce n'est pas l'objet du jour, mais celui d'un prochain billet en cours de préparation. S'il y a beaucoup à voir, il y a beaucoup à montrer.




En attendant allez donc prendre du bon temps chez Sachiko, indéniablement vous ne le regretterez pas et en plus vous verrez, Charlotte y sera.
Pour des vacances, une expérience, c'est ici.

samedi 29 juillet 2017

Une touche de Sud.


Cette année en vacances , Le Strict Maximum n'a pas trouvé de Jouve à 2 euros. Ni rien du tout d'ailleurs. Il a même levé le pied sur les visites peaufinant son bronzage et profitant pleinement de la Méditerranée.


Criques d'Anthéor

Pour passer de bonnes vacances, nous avons tout de même d'emblée fait l'acquisition de cette grande sculpture de Georges Pelletier. Comme nous devions tenir 15 jours dans une villa sans Deblander, sans Chapo et sans moquette... il nous fallait à tout prix un peu de céramique dans un coin.

Femme de Georges Pelletier in situ. Fruit de ses souvenirs d'Afrique 

Grace à Instagram, le SM avait repéré la réouverture de l'hôtel Les Roches Rouges de Saint Raphaël. Les nouveaux propriétaires se sont donnés pour mission que l'on s'y sente comme dans sa villa de vacances.... et ça fonctionne !




Livres d'Art distillés de-ci de-là, appliques en terre cuite de Guy Bareff, vanneries et poteries, mobilier vintage et réédition de grands noms, nous n'avons qu'une envie en parcourant les lieux, se vautrer dans l'un des sièges Butterfly face à la mer et siroter un cocktail. Pour toujours.



Cette année, la seule visite culturelle réellement nouvelle pour le SM fut celle de l'atelier Madoura à Vallauris. Un lieu pittoresque chargé d'histoire où sont exposées plusieurs dizaines de pièces de Suzanne Ramié.





Cette dernière arrive à l'atelier à l'entre-deux-guerre et en fait un lieu de création artistique, s'inspirant des poteries traditionnelles françaises pour aller petit à petit vers plus de modernité. "Madoura" est un acronyme constitué des premières syllabes des mots MAison, DOUly (son nom de jeune fille) et RAmié. 
Elle collaborera avec Picasso de 1946 à 1971 qui y travaille la céramique. Il y réalise 3000 oeuvres originales et 600 éditées. Picasso n'est pas le seul à s'intéresser de près à l'atelier. D'autres peintres tels que Chagall ou Matisse y ont également travaillé. Le Strict Maximum en profite pour saluer et remercier Yves Peltier, responsable de la galerie, pour la petite visite et les anecdotes offertes.











Au SM, la grosse femme de Georges Pelletier est dorénavant alanguie sous le ficus du salon. Sur la moquette et près de la fenêtre, elle ne devrait pas être trop mal. Quoi que dans cette position, nous lui souhaitons quand même beaucoup de courage.



samedi 22 juillet 2017

Banquette L07.



Les places sont chères au Strict Maximum, et il y en a une qui a perdu la sienne.

Vous vous souvenez peut être de la banquette que le SM était fier de vous présenter le 9 avril de l'année dernière? Et bien elle s'est faite virer.




Et qui c'est qui lui a pris sa place? Hein? Le père Chapo encore et toujours. Cette fois-ci nous équipons les locaux du SM avec la L07, une de nos pièces favorites.
Japonisante à souhait, aussi belle que pratique, elle se transforme en un tour de main en un chic lit.





Les dimensions de la L07 étant exactement celles de la banquette sortante, nous pouvons donc utiliser les assises spécialement réalisées pour cette dernière. Détail non négligeable car nous y avions tout de même laissé un bras et quelques doigts.





Nous profitons donc de ce samedi et de ce changement pour switcher les tables basses. La T08 passe au salon et la T23 dans la chambre.





Couché, assis, assis les pieds surélevés, le SM à l'embarra du choix pour sa soirée.







lundi 17 juillet 2017

APOLLO.



Après un abandon de près d'un mois, c'est la queue entre les jambes que le Strict Maximum fait son retour, mais nous avions besoin de repos et ça, vous ne pouvez pas nous en vouloir.
C'est donc avec pas mal de choses à partager que nous rentrons de vacances mais comme nous devons d'abord mettre un peu d'ordre dans nos photos, il nous faut vous faire patienter avec autre chose. 



Au printemps, les locaux du SM ont servi de décor pour une série mode destinée au numéro d'été du magazine APOLLO. Derrière l'objectif, le talentueux Romain Laprade dont nous vous invitons à découvrir le travail, l'homme étant spécialisé dans la photographique d'architecture.





Cette série est pour nous l'occasion de faire la promotion des artistes que nous aimons, les connus comme les moins connus.
Les meubles Chapo, les grès de Deblander, les peintures d'Yves Martin, les sculptures de Yassef...







Alors évidemment, à part deux ou trois photos, l'appartement sert simplement de trame de fond, mais même un simple bout de rideau nous fait monter au plafond.






Ne négligeons pas le fait que grâce à cet Apollo le SM peut donc officiellement vous accompagner pour occuper vos heures à la plage, et rien que ça c'est une bonne nouvelle.