jeudi 22 septembre 2016

Nouvelle idole.


S'ennuyant ferme à Benivay, où passé la première quinzaine de Juin et son fameux "Ban du tilleul" il ne se passe plus rien, cette jolie idole de Georges Yassef demande donc l'asile et au Strict Maximum, nous l'avons entendu.
Elle rejoint ainsi sa grande sœur accueillie au mois de juillet dernier (souvenez-vous)

Avouons que nous nous sentons capables d'accueillir la fratrie au complet tant les sculptures de Yassef sont belles et dégagent en plus un sentiment de bienveillance.

Voici un petit best of de nos préférées visibles sur Instagram:





En 2014, la photographe Emily Johnston avait réalisé une série chez Nelly Bonnand et Georges Yassef qui reflète à la perfection l'ambiance qui se dégage de la maison des deux artistes. Nous vous invitions à la découvrir en cliquant sur la photo ci-dessous.

http://emily-johnston.com/nelly-and-georges

Et encore et toujours le compte Instagram de Nelly Bonnand : https://www.instagram.com/nellybonnand/


Si d'aventure vous vous trouvez dans la Drôme Provençale, n'hésitez pas à rendre visite au couple.
Par contre, si la sculpture ne vous intéresse que moyennement,  sachez que Benivay s'étend sur près de 3 Km le long de la vallée de la petite rivière Aygue-Marse, entre deux chaînes montagneuses de moyenne altitude et que les pentes boisées offrent de nombreuses possibilités de promenades faciles.

Mais vous préférez la sculpture nous en sommes convaincus.

dimanche 18 septembre 2016

Gordes à Paris.

Vendredi 16 septembre avait lieu la nocturne des puces de Saint Ouen.
Pluie du soir n'empêchant pas de boire nous sommes donc allés trinquer comme prévu avec Fidel Chapo à la mémoire de son talentueux Papa.
Quelques meubles emblématiques dont la bibliothèque B17, la L07 ou banquette à coulisse ainsi q'un prototype de siège dans une surprenante teinte bleue.


Fidel a également joint a cette sélection quelques créations personnelles comme le casse-tête dessous de plat et les lampes à lamelles de bois.



Au strict Maximum, nous aimons nous rendre compte par nous même. C'était là une belle occasion d'enfin jauger le gigantesque et sublime bahut R16 devant lequel l'équipe de Clamart posait si fièrement au début des années 60.


Prototype de Pierre Chapo


Pour la touche historique, quelques grès de Robert Deblander provenant pour certains de la boutique CHAPO qui se trouvait jadis à Paris. Mais également le disque de Pierre Chapo que nous vous déconseillons fortement.

Pierre et Robert font la paire


 Fidel Chapo pas forcément rassuré (à gauche)

Cet hommage aux puces de St-Ouen est une belle reconnaissance de l’œuvre de Pierre Chapo. Ce n'est peut-être pas un hasard qu'il arrive maintenant avec le regain d’intérêt pour la qualité, l'authentique et le durable. Chapo, c'est un travail français de qualité, des meubles robustes intemporels. Avec Chapo on ne se fait pas avoir, ça ne penche pas, ça ne se voile pas, ça ne triche pas. C'est là pour longtemps et c'est vraiment tout le mal qu'on lui souhaite !

Un petit souvenir pour la route...

mercredi 14 septembre 2016

Chapophiles.

Effectivement, à ce stade le SM pourrait être qualifié de Chapophile, Chapo-addict, Chapomaniaque.
Comme dit avant-hier, une nouvelle pièce CHAPO s'ajoute à l'inventaire du Strict Maximum depuis quelques heures.

Il s'agit d'un modèle dessiné par le père CHAPO et fraichement réalisé à notre demande par le fiston Fidel : une T22 haute.

La T22 est une des composantes de "l'oeil", sans doute la pièce la plus courue du catalogue CHAPO. 

Lors d'une ballade innocente sur la toile, nous repérons un ravissant petit bureau de forme libre qui s'avère être, après confirmation de Fidel Chapo, une T22 montée sur grandes pattes. L'option était proposée à la clientèle du père CHAPO et le SM se dit qu'il y a droit aussi.

C'est donc ce matin que -tout droit venu de Gordes et pas peu fier,-le fils CHAPO nous à délivré de cette obsession mais surtout du bureau scandinave qui hantait la chambre du petit.



Accompagnée d'une chaise Meribel de Charlotte Perriand acquise au mois d'Août, cette T22 cartonne, n'ayons pas peur des mots.




Si à force de vous bassiner, Pierre Chapo commence à vous intéresser un tant soit peu, courrez donc à l'exposition qui lui est consacré au Marché Paul Bert du 15 au 29 Septembre.





Et même si cela risque d'en étonner plus d'un, sachez que nous y serons le 16.



lundi 12 septembre 2016

L'amour avec un grand A.

Oui mais le A d'appartement.
Vous savez tous qu'aimer, c'est donner. Plus grand est le don, plus grand est l'amour.
Au Strict Maximum nous aimons profondément notre appartement, notre lieu de vie, trame de notre quotidien, écrin de nos meubles et objets fétiches.
Nous lui donnons, autant que nous le pouvons.
Demain, nous lui donnerons encore un peu plus de Chapo.



Inutile de chercher sur la photo on vient de vous dire : DEMAIN

jeudi 8 septembre 2016

Biot, acte II.

Nous revoici à Biot! 
Juste après le Musée Fernand Léger et l'exposition "L’Été 54 architecture, formes, couleur", le Strict Maximum s'est offert une petite ballade digestive jusqu'au centre ville. A notre grande surprise, des sculptures monumentales de Jacotte et Roger Capron y étaient disséminées un peu partout. Elles sont visibles jusqu'en avril 2017, profitez-en!

 Jacotte et Roger Capron

Au Musée d'Histoire de la Céramique Biotoise une autre exposition nous attendait: La vie artistique à Biot dans les années 50, réalisée en écho de celle du musée Fernand Léger.

 Jacqueline et Tim Orr

 Michel Chauvet
 Michel Chauvet
 Jacqueline et Tim Orr
 Michel Chauvet


 Hans Hedberg

Au hasard des rues, un sublime mur en céramique de Roger Capron, vestige de son ancienne boutique ainsi qu'un panneau en mosaïque de Vasarely.



 Mosaïque de Victor Vasarely





En plus des deux expositions que le SM passe en revue ici, une troisième -Les héritiers- met en lumière huit créateurs influencés par le passé artistique de la ville. 


jeudi 1 septembre 2016

Et maintenant une page de Pub.

Parcequ'ici ou ailleurs les 30 glorieuses c'était aussi ça, la décision est prise ce soir au Strict Maximum de vous faire régulièrement profiter de notre collection de publicités vintage tout à fait dépassées et qui seraient scandaleuses aujourd'hui... mais c'est précisément pour ça qu'elles nous intéressent.



lundi 29 août 2016

L'ÉTÉ 54.

Tous les étés, l'équipe du Strict Maximum passe par Biot lors de ses vacances annuelles dans le Sud. Qui dit Biot dit Musée Fernand Léger avec cette année un menu des plus appétissant.

En entrée: façade de musée fraîchement retapée sans son filet de protection.


En plat de résistance : salle nouvelle accompagnée de panneaux de céramiques de Fernand Léger. 

On va se gêner.




A la découverte du dessert, nous jubilons :
l'exposition L'été 1954 à Biot. Architecture, Formes, Couleur. Parfaite pour rassasier l'équipe du Strict Maximum à l'appétit sans cesse grandissant.


Entre juillet et septembre 1954, dans un champ d’oliviers de Biot (parfait pour les drinks) a lieu la première exposition collective du Groupe Espace intitulée Architecture Formes Couleur.
Fondé en 1951 par Bloc et Del Marle, le groupe rassemble des artistes et des architectes désireux d’exposer des œuvres incarnant la "présence fondamentale de la plastique" à laquelle, selon ces grands malades, l’humanité a droit. Les noms les plus prestigieux (Sonia Delaunay, Alberto Magnelli, Jean Arp, Fernand Léger...) y côtoient des artistes qui commencent à s’affirmer (Victor Vasarely, Nicolas Schöffer, Morice Lipsi, Robert Jacobsen...) ainsi que de nombreux jeunes inconnus (Claude Parent, Jean Mégard, Denis Brihat, Maxime Descombin...)
Dans le contexte de la reconstruction, le Groupe Espace entend démontrer la nécessité d’une synergie commune entre architectes, ingénieurs, peintres et sculpteurs afin d’édifier un cadre de vie adapté à l’homme moderne même si ce dernier s'en moque comme de sa première chemise. Ensemble, ils revendiquent auprès des maîtres d’œuvres et des donneurs d’ordre le rôle stratégique du plasticien-conseil au service de l’intégration des arts dans l’urbanisme.
 Emile Gilioli, "Fleur" 1954

 Victor Vasarely, "Zsolt" 1953

 Servanes, "Construction B" 1951

 Jean Arp "Humaine, lunaire, spectrale" vers 1950

 Cicero Dias, maquette pour un musée idéal, 1954

 André Bloc, Eglise pour la région parisienne, 1959

 Edgard Pillet, 1953

Morice Lipsi, "Totem" 1954
 Jean Mégard, "Totem" 1954

 Berto Lardera, "Occasion dramatique II", 1952

 Maxime Descombin, "Oblique mobile" 1953-54

 Nicola Schoffer, "Spatiodynamique" 1954

 Fernand Léger "La branche", 1952

C'est la cerise sur le gâteau en allant faire un tour dans le centre ville de Biot juste après l'exposition (des sculptures plein le ventre, forcément), nous découvrons que le Musée d'histoire de la céramique Biotoise propose également une exposition en lien avec ce fameux été 54! N'est ce pas merveilleux ? Si. Mais ça nous en reparlerons plus tard, nous risquerions l'indigestion.